Archives Mensuelles: février 2015

De riches rencontres

Par défaut

Chaque fois que je jette un oeil sur Twitter et que je m’attarde un tant soit peu à ce qu’on y partage, j’apprends. Et je dois dire qu’apprendre, c’est nourrissant! Je suis gourmande faut croire! Bref, aujourd’hui, j’ai fait la rencontre d’un collègue pédagogue passionné auquel j’étais pourtant abonnée sur ce média social depuis quelque temps déjà,  mais avec qui je n’avais pas eu l’occasion d’avoir un temps. Sur son blog, il a partagé un billet de Normand Baillargeon (@nb58), Apprenez-leur à prendre des notes. J’ai suivi sa suggestion. Mercredi dernier, j’étais en rencontre avec des collègues et on parlait justement de prises de notes. Hasard? Coïncidence? Est-ce obligé de porter un nom?
En suivant les liens hypertextes comme des cailloux qui permettent de retrouver un chemin, j’ai visité son site web. Sur Twitter, il porte le nom de @Yvesmo, sur son site, on le retrouve en tant qu’Yves Morin. Mais « Qu’est – ce qu’un nom? » Yves Morin est un pédagogue qui réfléchit sa pédagogie, qui partage sa vision et qui inspire.

Au retour de #clair2015, où réflexions, partages et inspirations ont peuplé le quotidien, l’insipide film du dimanche après-midi entraine une fringale cognitive. Tablette, confort, Twitter et rencontre! Sur son site de classe Pedago@web, Yves Morin s’est prêté à l’exercice de se définir comme pédagogue.  Exercice fort intéressant. Se déposer en tant que professionnel de l’apprentissage, tracer les contours de notre voie actuelle, faire connaitre à nos élèves leur guide et les conseils pour une expédition vers apprentissageland…nourrissante.

1. Définir l’apprentissage
« Connaître ne suffit pas. Il faut savoir l’appliquer. La volonté ne suffit pas. Il faut savoir agir. Rien ne s’enseigne que l’étudiant ne désire apprendre, rien ne s’apprend qui ne requiert son engagement actif. » – @YvesMo

2. Définir sa mission au quotidien
Que cherche-t-on, chaque jour à accomplir en tant que pédagogues? Quels sont nos idéaux d’enseignants? Pourquoi sommes-nous là où nous sommes tous les jours?

3. Identifier les incontournables pour réussir
De quelles ressources l’élève a-t-il absolument besoin pour pouvoir réussir? Quels sont les obstacles possibles? Les solutions envisageables? Un élève qui n’aurait pas conscience d’avoir quelque part en dedans de lui l’une ou l’autre de ces ressources est-il condamné à ne pas réussir mon cours ou existe -t-il des moyens pour lui apprendre à accéder à ces ressources   Apprendre à apprendre et toujours, nous aussi apprendre pour nous rappeler ce que ça exige.

image

Dans la peau d’un élève pendant deux jours, article qui fait réfléchir.

4. Définir sa pratique pédagogique, ses assises
Connaitre sa pédagogie, faire les choses consciemment et consciencieusement en étant alerte aux indicateurs de réussites et d’erreurs.
On voit d’ailleurs souvent erreurs au pluriel,  mais réussite, plus souvent au singulier lorsqu’il s’agit de LA réussite,  la vraie. Les autres, ce sont des réussites,  souvent accompagnées de l’adjectif « petites ». Quelle est donc cette Réussite avec un grand R? Quelles petites victoires sont essentielles (essentielles) pour l’atteindre?  Quelle voie choisissons-nous d’emprunter pour guider chacun des êtres humains, curieux par nature, paresseux par nature et intelligents par nature, que nous accompagnons chaque jour?
Quelles pratiques pédagogiques priorisons-nous?

5. Reconnaitre les caractéristiques de sa vie d’enseignant (e)
Comme enseignants ou acteurs de la grande famille des passionnés de l’apprentissage, quelles sont nos caractéristiques humaines? Qu’est-ce qui nous est primordial, nous est intolérable, nos qualités, notre vision (conférence de Normand Vaillancourt, @marc_aurele, à #Clair2015)?

Je ne sais pas pour vous, mais j’ai des réflexions à alimenter! J’ai de plus en plus de pistes, d’indices, de début de réponses, j’apprends à devenir la pédagogue que j’ai envie d’être,  et ce, chaque jour, +1, grâce à toutes ces belles rencontres virtuelles, papier, 3D, réelles, etc. Parfois, la fiction devient réalité! On rencontre notre communauté virtuelle à #clair2015, elle s’élargit de réel. On rencontre aussi une réalité qui semble irréelle… l’atmosphère qui règne au CAHM est pourtant bien réelle. Des élèves m’ont effectivement parlé de drones, m’ont fait essayer le casque Oculus de réalité virtuelle (qu’ils rendront fonctionnel dans un environnement créé de toutes pièces dans Minecraft par les élèves et qui représentera, à l’échelle 1:1, leur Centre d’apprentissage du Haut-Madawaska), m’ont transformée en musicienne de plantes (eh oui, j’ai fait rugir une plante, tinter une autre, et je ne vous parle pas du piano-bananes!), m’ont impressionnée,  au micro de la radio, à animer l’émission du jour avec une aisance déconcertante, et ce, malgré que près de 300 adultes d’un peu partout en Ontario, au NB, au Québec s’arrêtaient pour les observer créer leur émission de radio…

J’ai été emportée par un déferlement d’informations lors de la session Ignite Pecha Kutcha. 20 diapos, 20 secondes chacune, un thème,  l’engagement, et des invités experts, bref, tout un plan de match! Et ça y est allé aux toasts! Ouf!!!! Wow!! À réécouter!

@LiseGaluga a noyé mes yeux en humanisant la technologie. Ce thème de l’humanisme au coeur du numérique, j’aurai l’occasion d’en reparler avec des collègues virtuels qui deviendront réels lors du REFER (#referedu) des 19 et 20 mars prochains. J’aurai l’honneur d’y co-animer, avec Richard Cliche, le usppp lors de la conférence de Denis Simard. Ce sera toute une expérience!  Merci pour votre confiance, REFER!

Enfin, j’aurais mille choses à écrire encore sur ce #Clair2015. Mille, ce n’est pas une hyperbole, c’est vraiment une approximation! Je suis privilégiée d’avoir pu vivre tout ce que j’ai vécu depuis jeudi dernier sur les plans pédagogique, humain, amical et réflexif. Une ébullition littéralement!  Bienvenue dans le monde augmenté: impacts et enjeux des technologies (@martinlessard). Que vais-je faire demain avec tout ça? Car il y a un lendemain. Demain existe.

Et je reviens à ma rencontre de cet après-midi : @YvesMo et ses 5 axes de réflexion. Ça me donne des outils pour retrouver mon équilibre de pédagogue. Après avoir été ébranlée par de nouveaux questionnements et faits saisissants d’avancées technopédagogiques, je pourrais choisir de faire fi de ces nouvelles données et revenir dans une zone de confort et me dire : »plus tard, ce n’est pas le temps! » Ou encore: « c’est impossible, moi, je ne peux rien changer, les conditions m’en empêchent… » Mais je le vois bien qu’on peut repenser l’apprentissage (@marioch).
Je dormirai sur le « comment? », comment continuer à prendre part au changement qui fait si peur et à en faciliter le déroulement? Demain, je continuerai à suivre les cailloux d’un chemin que je me trace grâce à vous, rencontres pédagogiques inspirantes de passion!

Publicités