Archives de Tag: télévision

Dire Bye Bye…

Par défaut

D’aussi loin que je me souvienne et bien que ce marqueur de temps porte en lui la parcelle magique du conte, écouter le Bye Bye a toujours été un moment apprécié de l’année. Un contexte autour de cette émission, une teinte rassembleuse et festive. Faire une rétrospective d’une année pour la quitter et passer à l’autre, s’offrir collectivement et individuellement une illusion de nouveau départ. Comme une énergie nouvelle, de nouveaux espoirs dont les résolutions témoignent de la puissance. Bref, le Bye Bye, c’est ça.

Si je faisais un Bye Bye de mon année 2012, quels seraient les moments coups de poing? Ceux qui laissent des traces? Comment les parodierais-je? L’exercice me séduit. J’ai envie de mettre la tempête dans mes idées!

Bref, le Bye Bye 2012 que je viens tout juste d’écouter (eh oui, je sais, nous sommes le 5 janvier, je suis en retard! Eh puis?) m’a séduite. Mais quel travail! Quel talent! Quelles idées! Quelle réalisation! Quels assemblages! Ouf! L’émission a été ficelée intelligemment. Jusqu’à la fin, et depuis le début, on avait prévu la dernière chanson marquante « Toi plus moi », on a donc pu y faire s’associer tous les personnages rencontrés dans les différents scketchs sur le rythme d’une chanson sémantiquement tout à fait adaptée et auditivement collective!

Les imitations débordaient d’aptitudes somato-kinesthésiques et musicales. Combien de longues heures d’observation et de pratiques ont-ils dû investir? Et l’importance de l’équipe, des forces des autres membres pour voir, entendre, ressentir, capter  ce qui nous échapperait, ce à quoi on ne penserait pas seul.

Une équipe d’experts à tous les niveaux! Cette confrérie de création nous a été habilement présentée d’ailleurs dans le scketch « bref. » inspiré de la webémission du même nom. (S’il faut être critique, je dirais que certaines longueurs se sont installées dans ce scketch, mais si peu ;))

Des scripts fins qui n’ont pas franchi les frontières de la méchanceté indécente, mais qui ont flirté avec elle dans les limites de la décence complice.

Des idées riches et puissantes de symbolisme, de liens et de finesse. Allier le film muet à la situation montréalaise, recréer le Gagnam style, etc. et les réaliser de manière impeccable et réfléchie… Tout simplement: « Wow! »

Des personnages parodiés, imités, campés de manière toute aussi puissante et fine. Véronique en Madonna. Après sa lady Gaga, on la sentait déjà plus à l’aise. Joël en Gabriel Nadeau, Louis et Léo, Michel en Régis… Enfin, tout était réussi!

Des invités qui ont donné leur 110%. Je pense à Jeanine Sutto, à Lisa Leblanc, au joueur de hockey (on voit tout de suite que je n’ai aucune rigueur journalistique. J’aurais pu faire la recherche! Ça aurait été un manque d’honnêté envers vous qui lirez… Vous auriez cru que j’étais plus érudite que je ne le suis en réalité. Authenticité!) et à Jean-Martin Aussant.

J’écrirais encore mes éloges et mes fascinations, il se trouve que l’heure paisible de l’écriture matinale vient d’être attaquée par la réalité des obligations et des technologies envahissantes. On me texte et je reçois à souper, le ménage, le pelletage, la popote, rien n’est fait. Le Bye Bye a beau avoir été succulent, je ne peux pas rester pâmée indéfiniment! Au-delà de la création et de l’appréciation, il y a les obligations!

Bonne Année 2013!

« En 2013, ça ira mieux, mais l’an passé ma vie c’était de la marde »

Ma chum dit: « En 2013, faut que ça cesse! »

On s’en rejase en 2014!