Archives Mensuelles: septembre 2013

Brulure oculaire

Par défaut

Mes yeux chauffent. Les phares des milliers de voitures dont les conducteurs se sont écartés sur le rang de campagne qui mène chez moi ne font pas qu’éclairer, ils font fondre ma rétine épuisée.
Plus que 400 mètres.
Tourner la clé vers moi, lever le frein à main, prendr….
Oh! mes yeux ferment.
La main droite, puis la main gauche, chacune une joue, comme un Red Bull dont l’éphémérité se calculerait en millièmes de seconde.
J’ai inutilement mis beaucoup d’efforts sur l’allignement de la clé dans la serrure; la porte était restée débarrée.
Qu’avait- il bien pu se passer en mon absence?
Infraction? Aucune trace. Du moins, tant que la lumière reste fermée. Si je l’ouvre, ma cornée explose.
Aveuglée tout de même par la noirceur, je ferme les yeux sur cette affaire.
Un orteil éloigné des autres.
Deux trainées de larmes brèves.
J’oublie la brosse à dents et ne pense pas à la soie. Du tout.
Ma chambre.
Enfin!
Le lit…
Objet de convoitise.
Un bas…
Mon pantalon.
Effondrement.
Une gorge râclée.
J’ai oublié de prendre la pinte de lait sur le siège du passager.
La porte n’était pas barrée!?
Ce n’était pas ma gorge…
Il y a comme une odeur d’épices.
Je ne parviens plus à fermer les yeux.
-2012-

Publicités