Archives de Tag: visioconférence

Le mot ne permet pas de savoir ce qu’il est…

Par défaut

 Le mot « phrase’ » ne permet pas de savoir ce qu’est une phrase.

Ce sont les paroles de Britt-Mari Barth.

Un soir de mars (un jeudi soir, je m’en rappelle, j’ai choisi la visioconférence au détriment de mon cours de taï chi), je suis restée au bureau jusqu’à 22 h 38 avec une collègue parce qu’on avait envie de cette rencontre avec cette grande dame de la réflexion. L’apprentissage de l’abstraction, c’est le livre que je pourchassais dernièrement. Introuvable. Des bribes très intéressantes çà et là, mais pas d’accès à l’ouvrage complet. Sentiment d’incomplet. Alors, ce jeudi soir de mars, lors de la première édition du REFER, grâce à la visioconférence, j’ai rejoint des collègues de partout dans le… monde et j’ai rencontré les mots et les idées de Mme Barth.

Le mot « carburateur » ne permet pas de savoir ce qu’est un carburateur.

Vous réfléchissez à l’hyperbole potentielle, au ton humoristique de l’emploi du mot « monde »? Hésitants? Il était utilisé au sens propre. J’avais écrit « Québec », mais ça aurait été faux. Ewan McIntosh vient de l’Écosse, Roberto Gauvin, du N-B, il y en a même du Lac-St-Jean, et de Montréal! Et derrière l’écran, comme Julie et moi (sans doute pas le soir) des gens de la France, de l’Inde, de la Bulgarie, de la Mauritanie, de la Suisse, de l’Alberta étaient là aussi. Et on se rejoignait pour ajouter à l’image les échanges que nous n’avions pas puisque nous n’y étions pas physiquement. On reproduisait le principe de la discussion sur Twitter.

Pas du tout le même type d’échanges! Riches tout de même, différemment riches. Riches aussi parce que ceux qui sont sur place nous permettent d’avoir accès à ce qui s’y passe en nous partageant leurs rencontres, le fruit de leurs échanges, les phrases grandioses, les photos des instants, souvent, on photographie des notes prises ou des graphiques élaborés, etc.

Le mot « réflexion » ne permet pas de savoir ce que c’est que réfléchir.

Comment enseigner la réflexion? la compréhension? la coopération?

Ouf! Pas si simple… Et on s’attend souvent à ce que nos élèves soient aptes à le faire « en criant bine », comme dirait une amie. Et on soupire. Souvent! « Ils ne comprennent pas! », « Ils ne sont pas capables de travailler en équipe. »

La vie se tricote bien…

Une collègue m’a écrit cette semaine. « Comment peut-on faire pour que les élèves réussissent à travailler en équipe? »

Quel beau questionnement! Wow! J’ai réfléchi. Je sais de plus en plus comment. J’apprends l’abstraction!

Pour apprendre ce qu’est le concept du travail d’équipe, je les amènerais à y réfléchir et à l’expérimenter pour l’apprivoiser…

Pour guider leur réflexion, j’utiliserais d’abord des exemples extérieurs à la classe comme ces vidéos :

Pub très comiques

Résultat d’un travail d’équipe monumental

 

Après chaque écoute, j’opterais pour des questions-guide comme

–          Quels moyens ont-ils choisi d’utiliser pour…?

–          Comment sont-ils parvenus à….?

–          Que croyez-vous qu’ils aient fait comme préparation avant de parvenir à être capables de faire ça?

–          Quelles qualités cela demande-t-il?

–          Racontez la suite des évènements si le contexte de préparation avait été différent/si les choix n’avaient pas été les mêmes pour tous les membres des équipes/ si… Que serait-il arrivé?

–          Croyez-vous que tous avaient le même rôle? Définissez les différents rôles et leur importance.

–          Est-ce que chacun était important même si tous n’avaient pas le même rôle?

–          Etc.

 

Ensuite, je ferais l’expérience réelle en classe. Deux équipes de quatre se forment (volontaires). On leur soumet un défi (parvenir à conjuguer 6 verbes en 3 minutes après avoir eu droit à 1 minute de consultation pour élaborer un plan de match, par exemple).

Les autres élèves sont en observation de la démarche et sont appelés à la commenter à la suite de la réalisation du défi.

–          Qu’est-ce qui a été fait qui était gagnant?

–          Quelles attitudes ont favorisé la réalisation? Lesquelles vous ont semblé nuire? Justifiez votre impression en vous basant sur des faits observables.

–          Quelles autres stratégies auraient pu être gagnantes?

–          Etc.

 

Après, ils relèvent tous un défi en équipe de 4. Ils ont aussi droit à une consultation d’une minute. À la fin, la rétroaction se fait en équipe avec les mêmes questions d’évaluation que celles utilisées aux étapes précédentes.

Évidemment, répéter l’exercice avec des tâches engageantes (à ce sujet, j’ai bien envie de rencontrer Ewan McIntosh à nouveau pour saisir son Design thinkink, j’ai bien l’impression que j’ai beaucoup à apprendre encore de sa vision…) est implicite. Je ne crois pas que deux ou trois moments de travail d’équipe permettent de développer, d’expérimenter et de consolider. Est-ce toujours une tâche facile que de travailler en équipe? Même pour nous? Peut-être même qu’à un certain moment de l’année le groupe deviendra une équipe pour certaines tâches… quel plaisir!

Des questionnaires qui permettent de mettre en lumière l’existence de façons de réfléchir différentes peuvent être utilisés pour rendre plus concret le concept de différence réelle et surtout normale (IM, styles d’apprentissage, etc.) L’objectif derrière l’utilisation de ces outils doit être clair et respecté : ils ne doivent pas catégoriser, ils gagneraient à n’être utilisés que pour soulever l’existence de différentes façons de faire, de réfléchir. Ainsi, on comprendra qu’on est complémentaire et, sans doute, si Raphaël ne réussit pas à faire ce que moi j’aurais fait aujourd’hui, plutôt que de me fâcher contre lui, je me rappelle que lui fait, sans doute, quelque chose que je ne ferais pas maintenant…  Éventuellement, la plasticité de mon cerveau me le permettra et lui permettra peut-être aussi un jour, si ça répond à un besoin.

Au début, j’ai dû me demander si je savais ce que les mots « travail d’équipe » voulaient vraiment dire. Oui. Ouain… Saurais-je expliciter le chemin à suivre pour construire cet apprentissage d’une abstraction? Pffff… pas si facilement!

Il m’apparaissait donc que le concept de travail d’équipe, comme bien d’autres insoupçonnés, était un concept peu défini dans nos têtes de grandes personnes, du moins dans la mienne. On en a une représentation très large. Le chemin de la réflexion vers l’explicitation d’un concept, j’adore ce voyage! La phrase de Mme Barth s’est installée quelque part à l’orée de mon cortex, une lettre dans le limbique pour qu’un jour peut-être les abstraites raisons de mon cœur puissent être connues de ma raison. Est-ce immuable de croire que « Le cœur a ses raisons que la raison ne connait point » d’ailleurs? Les neurosciences mènent l’enquête!

J’ai aussi croisé ces capsules d’Éric Bon qui m’ont permis de consolider certains éléments de ma compréhension du concept de travail d’équipe. Je partage la 1re vidéo. Vous trouverez facilement les 2 autres!

 

Et vous, comment rendez-vous l’abstrait concret, collègues magiciens?

Si vous avez L’apprentissage de l’abstraction dans votre salon et que vous êtes ouvert à faire un prêt, faites-moi signe! 🙂

En échange, je propose Baillargeon et Demers (les autres, pour l’instant, ne sont pas disponibles, j’en fais la rencontre!)

Des livres vivants, j’adore ça. J’écris dans mes livres! Mais je sais me contenir quand ce ne sont pas les miens!

Publicités