W.P.

Par défaut

Balayant du revers de la main ces larmes

Venues des ouates grisâtres gonflées à éclater,

La latte noire vient fièrement dégager la vue

De cet homme qui a le souci de la loi.

Quand l’astre du jour domine son royaume,

Elle reste étendue en suspend

Se maintenant en équilibre à l’aide

De son unique jambe finement articulée.

Quand les bourrasques d’un souffle puissant

Viennent flageller son dos lui donnant

Ainsi la chair de poule, nul de s’arrête

Pour l’entourer d’une écharpe bien chaude.

Enfin, quand la nature ne se pointe pas le nez

Au matin, elle reste abritée le jour durant

Accrochée à cette plaque de verre

Transparent à laquelle elle est liée pour la vie.

avril 1998

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s