SOS

Par défaut

 

Seule assise à sur ce sofa solide,

Cette faiblesse à l’âme sature mes pensées.

Silencieuse souffrance,

Subtile tristesse.

Sans son soudain me blesse ce « si »,

Scieur de souffle au sang sifflant.

Souci de soie,

Senteur d’encens.

Sept.2002

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s